Top

Voilà un peu plus de 5 mois que nous avons quitté la maison. Notre itinéraire a pas mal évolué en cours de route et nous en a mis plein les yeux : du Maroc à l’Afrique du Sud, un road trip en Namibie, un mois en tuktuk au Sri Lanka et trois mois en Inde.

5 mois ça veut aussi dire que nous avons déjà atteint la moitié de la durée de notre tour du monde : bon sang que le temps passe vite.

Nous sommes fraichement arrivés en Thaïlande, et pour cause de coronavirus, on reste confiné au 22ème étage de notre tour à Bangkok. C’est donc le moment idéal pour établir un premier bilan de « moitié » de tour du monde.

5 mois de voyage en quelques chiffres

Ceux qui me connaissent savent que j’adore les bilans et les tableaux excel alors chose promise, chose due : voilà des CHIFFRES.

  • 6 pays en 166 jours 🇲🇦🇳🇦🇿🇦🇱🇰🇮🇳🇹🇭
  • 8889 € dépensés à 2  
  • 2 road trip 🚘
  • 900 km de tuktuk 🛺
  • 80 douches froides 🥶(merci l’Inde)
  • 5 objets perdus : 1 casquette, 1 brosse à dents, 1 gourde, 1 caleçon, 1 couteau suisse à l’aéroport et de multiples boule quies
  • 1 musée visité (oups)
  • 30 dosa mangés (chacun 🤭) et encore plus de parotta et chapati
  • 6 nuits en bus / 7 trains / 1 bateau ️ / 6 avions 
  • 22 nuits en tente ⛺ / 6 Airbnb 🏠/ 28 hôtels/auberges différents 
  • 28 idées et projets pour la suite et notre retour 🤩
  • 9 livres lus 📚
  • 9 randos 🥾
  • 60h de méditation 👌
  • 13 rencontres de proximité avec des singes 🐒
  • 28 rencontres avec des lions 🦁(Etosha 💛)
  • 8 locations de planches de surf 🏄‍♂️
  • + 1460 heures passées en ligne à lire des blogs, organiser et comparer les prix des logements et transports 🤯

 

View this post on Instagram

 

A post shared by PÉRIPÉTIES AUTOUR DU MONDE (@mateteou_) on

 

View this post on Instagram

 

A post shared by PÉRIPÉTIES AUTOUR DU MONDE (@mateteou_) on

Nos meilleurs souvenirs et premières fois

On avait pas prévu grand chose en débutant ce voyage, pas de bucket list, pas de choses qu’on voulait absolument faire, donc tout n’est que surprises depuis le début…

  • Partir en tour du monde (première nouvelle)
  • Une nuit à la belle étoile au Maroc avec nos copains
  • Méditer à Auroville au Matrimandir et prendre le temps de s’imprégner de cette « ville »
  • Conduire à gauche pour la première fois en Afrique du Sud
  • Conduire un tuktuk au Sri Lanka
  • Se sentir comme à la maison dans les airbnb à Cape Town et à Bangkok
  • Se retrouver après un mois séparé en Inde
  • Faire du kayak avec les otaries en Namibie
  • Camper sous les étoiles au milieu du désert Namibien
  • Passer la nuit au point d’eau à Etosha en Namibie et observer les animaux
  • Prendre du temps pour nous, nous poser et découvrir le slow travel en Inde
  • La douche au puit dans la jungle au Sri Lanka
  • Découvrir le tarot à Varkhala (Térence)
  • Apprendre le surf au Sri Lanka (Térence)
  • Passer mon diplôme de professeur de Yoga (Mathilde)
  • Rencontrer les animaux du Roi Lion dans leur habitat naturel à Etosha
  • Apprendre la méditation et m’y tenir quotidiennement (Mathilde)
  • Apprendre l’anglais et pouvoir tenir des conversations (Térence)
  • Co-diriger un tournage en Inde (Térence)
  • Et enfin : lancer un blog et devenir de véritables influenceurs du web

 

View this post on Instagram

 

A post shared by PÉRIPÉTIES AUTOUR DU MONDE (@mateteou_) on

Nos mauvais souvenirs et déceptions

Depuis le début, on s’estime très chanceux car on a pas eu de grosses galères. On touche du bois. Voici tout de même une petite compilation de nos pires moments et déceptions :

  • Une infection de bed bugs au Sri Lanka
  • Notre premier volontariat dans une ferme de permaculture : nous n’avons pas fait de permaculture, seulement du marketing et pas de super contact avec nos hôtes. Dommage..
  • La pollution causée par le plastique en Inde
  • La pluie presque constante nous empêchant de randonner au Sri Lanka
  • Le flippe de quelques jours après avoir enfoncé le pare choc de notre voiture de location en Namibie
  • Ne pas avoir vu de baleines à Hermanus
  • Ne pas avoir pu surfer à Varkhala alors que Térence avait prévu de passer un mois à apprendre l’anglais et le surf
  • La nuit en bus Munnar – Trivandrum : pas une minute de sommeil, des virages et des bosses et une arrivée à 3h du matin sans possibilité de check-in à l’hôtel avant 12h. Loose.
  • La « fausse insécurité » que tu peux ressentir dans les ruelles des grandes villes au Maroc la nuit
  • Les petites arnaques de chauffeurs de tuktuk en Inde
  • Les regards parfois insistants des hommes lorsque tu es une femme, surtout au Maroc et en Inde
  • Les petites touristas, qui sont toujours tombées lorsqu’on avait pas de SDB privée 👍(sinon c’est pas drôle)
En attendant les baleines à Hermanus

Nos meilleures découvertes culinaires

  • Le « Ghee Dosa », une grande crêpe à base de farine de pois chiches ou de riz, typique du sud de l’Inde grillée avec du beurre clarifiée
  • Les Dumplings (à Cape Town AHAH )
  • Le Kottu, une spécialité street-food au Sri Lanka à base de petits morceaux de pâte, de légumes et d’oeufs
  • Le Kombucha pendant notre volontariat en Inde, une boisson fermentée à base de thé
  • Le Thali pour Térence, un assortiment de plats version miniature servi généralement au déjeuner en Inde
  • Le Kulfi, une glace traditionnelle indienne, obtenue à partir de lait que l’on fait cuire
  • Les Masala Vada, des beignets de lentilles en Inde du sud
  • La Banoffee Pie, une tarte banane – caramel – chocolat (Belly’s bestie)
  • La nourriture indienne en générale, le top lorsque tu es végétarien
Ghee Dosa
Ghee Dosa 💛
Thali Auroville
Le meilleur thali à Auroville

Ce qui a changé depuis qu’on a débuté notre tour du monde

Je vais vous passer le détail sur nos grandes réflexions philosophiques sur notre avenir, nos futurs projets et à quel point nous sommes heureux de vivre cette expérience. On nous avait prévenu « ce voyage ça va vous changer! ». Je ne sais pas si on a « changé » car le voyage n’est pas terminé, mais je vais partager avec vous quelques changements sur lesquels on a déjà du recul…

On a ralenti le rythme

Après 3 mois de voyage, on a réalisé qu’on était épuisé. On avait visité quatre pays en trois mois, organisé deux road trip et finalement fait très peu de rencontres car on était constamment dans le mouvement. Une grande partie de notre « temps libre » était consacré à l’organisation de la suite du voyage. Ainsi, la balance entre « se laisser porter par les rencontres » et « le voyage organisé » était difficile à trouver.

L’arrivée en Inde a été comme une claque : on aurait pu passer nos journées à dormir. Pourtant j’avais imaginé un itinéraire incroyable sur le papier, pour découvrir l’Inde du Nord au Sud. Alors oui bien entendu c’est possible, mais c’était très ambitieux, car l’Inde est immense.

15 jours après notre arrivée dans ce pays, on se sépare pendant un mois (pas pour de vrai hein) : Térence va apprendre l’anglais à Varkhala et moi je fais ma formation de professeur de yoga dans un ashram. Lorsqu’on se retrouve, on en conclue que nous poser à un endroit sans penser au lendemain nous fait un bien fou. MAIS j’avais encore en tête un petit itinéraire d’un mois, auquel j’avais murement réfléchi, nous permettant de rejoindre la ferme de permaculture tout en visitant Mysore, Hampi, Goa etc. C’était compliqué pour moi de me dire que j’allais « louper » tous ces beaux endroits alors que j’étais en Inde. C’est finalement une rencontre avec un couple de Danois dans les backwaters qui nous a convaincu. Ils revenaient d’Auroville, cette « ville » dont on avait beaucoup entendu parler et où l’on n’avait pas eu le temps d’aller lorsqu’on était au Tamil Nadu. Les billets de bus n’étaient pas chers, la guesthouse conseillée était dispo : banco, c’est parti pour deux semaines.

En trois mois on aura visité peu d’endroits en Inde, mais on quitte ce pays rechargé à bloc et avec la certitude que le slow travel est ce qui nous correspond le plus.

on ralentit
Pas trop vite

On se lève beaucoup plus tôt

Et on se couche plus tôt aussi (il n’y a pas de secret!). Dans la plupart des pays où nous voyageons, la vie commence tôt car les habitants vivent au rythme du soleil. On a décidé de faire pareil en mettant notre réveil entre 6h et 6h30. On débute nos journées par 1h à 1h30 de temps pour nous en faisant de la méditation, du yoga, de la lecture, de l’écriture et on adore !

Lorsqu’on voyage sur le long terme, c’est compliqué de ne pas avoir de routine : on bouge constamment, on a pas de « chez soi ». Bien entendu, se lever tôt demande de la discipline et au début, on ne va pas se mentir, il faut un peu se forcer (surtout pour Térence, un adepte des grasses matinées). Mais le fait d’avoir une routine matinale qu’on puisse faire n’importe où, nous aide beaucoup.

J’ai récemment commencé à lire le best seller « Miracle Morning » de Hal Elrod pour en savoir plus sur les bienfaits d’une routine matinale. C’est facile à lire, motivant (très à l’américaine) et il détaille sa routine, ce qui me permet de tester de nouvelles choses. Je ne peux que vous le conseiller si vous souhaitez essayer !

On dit aurevoir au voyage « carte postale »

Lorsqu’on a débuté notre voyage, on était tout excité, on voulait tout visiter, en voir un maximum ! Avec Térence on appelle ça le voyage « carte postale » : lorsqu’on voyage en cochant les cases. Alors attention, on ne critique pas le fait de vouloir en voir un maximum lorsqu’on est en vacances. On la déjà fait et on le fera surement de nouveau. Seulement, on a réalisé que cette année est une année sabbatique avant d’être un « tour du monde ». Ça rime avec le fait de prendre du temps pour nous. On a tous les deux quitté nos emplois, et ces 10 mois sont l’occasion d’explorer, de nous former, d’apprendre de nouvelles choses. Aujourd’hui, nous sommes beaucoup plus dans un voyage d’introspection et de développement personnel.

Nous n’arrêtons pas pour autant le voyage « vadrouille », on veut juste diminuer et ralentir. Finalement, c’est plutôt dans l’air du temps avec le coronavirus qui sévit à peu près partout. On nous demande de limiter nos déplacements et de rester chez nous, le bon moment pour se poser et penser à soi.

Bilan 5 mois de tour du monde

On est devenu « super healthy »

La première chose, même si ça n’est pas une grande surprise, c’est qu’on est devenu végétarien. Pour moi c’était déjà le cas depuis quelques années (merci Mama Brito) mais pour Térence le premier déclic a vraiment eu lieu à Etosha en Namibie. Lors d’un diner avec un couple de français, après avoir discuté avec entrain des animaux vus pendant la journée, ils nous proposent un steak de zèbre au barbecue. On avait passé la journée à les photographier, et le soir on allait les manger ? Ça nous paraissait absurde. On a également vus de nombreuses scènes d’animaux emmenés à l’abattoirs : des chèvres tirées par une corde, des poulets (vidés, plumés, décapités Msieur Bramar) et de multiples animaux suspendus par des crochets sur les marchés. Pourquoi tuer des animaux pour nous nourrir lorsqu’on réalise la richesse de l’alimentation végétarienne : nous ne sommes pas plus fatigués, ni en manque de protéines. On profite des bus de nuits pour regarder des documentaires sur l’industrie agro-alimentaire, et ça confirme notre volonté de continuer dans cette direction. Enfin, ça n’est pas une nouvelle mais être végétarien lorsqu’on voyage diminue beaucoup les risques de maladies (la seule fois ou Térence a été vraiment malade fut après un kebab au Maroc…)

repas végétarien

La deuxième chose c’est qu’on a arrêté de boire. Là vous vous dites « non mais c’est pas possible, ils ont vraiment changé! ». Depuis le début de notre périple, on voyage dans des pays où l’alcool est peu accessible, de par la culture ou la religion (Inde, Maroc, Sri Lanka) ou est cher (Afrique du Sud). Résultat : on ne boit plus !

On réalise à quel point en Europe, l’alcool est lié à la vie sociale. En voyage, lorsqu’on rencontre du monde, on sirote des jus de fruits maisons ou du thé. C’est délicieux, meilleur pour la santé (sans dec’) et moins cher. Bien entendu, en France c’est moins pratique d’avoir des jus de fruits frais au mois de mars. Mais d’avoir plus d’alternatives sans alcool « sympas », hors Perrier et Coca Zéro, ça serait cool ( #teamClubMaté ).

La bonne nouvelle c’est que ça ne nous manque pas du tout et que c’est finalement très facile de ne plus boire d’alcool. J’ai aussi arrêté de fumer (pas d’alcool = pas de cigarettes). Pourvu que ça dure en Asie du sud-est… Et je ne parle pas des nombreux mariages prévus cet été 😅

Cet article vous a plu ? Épinglez le sur Pinterest pour le retrouver plus tard !

Bilan 5 mois tour du monde

Comments:

  • Brigitte Thomas

    22 mars 2020

    Pensée de mamabrito😍😘😘

    reply...

post a comment