Top

Notre roadtrip à moto fut un de nos plus beaux souvenirs de ce voyage au Vietnam, c’est pourquoi nous avons décidé d’y consacrer un article complet décrivant notre itinéraire, des infos et des liens utiles pour mieux préparer ce voyage. On a adoré piloter une moto, pouvoir accéder à des endroits inatteignables autrement et la beauté des paysages du nord… Une expérience qu’on va certainement pouvoir renouveler pendant notre tour du monde !

Ce qu’il faut savoir pour faire ce circuit à moto

L’organisation

  • Louer une moto : nous sommes passés par Flamingo Hanoi Motorbike, qui nous avait été conseillé. Bien que la gérante soit dure à la négoce et vraiment pas sympa, nous n’avons pas regretté car la moto était comme neuve, le tarif raisonnable, nous avons pu laisser un sac à dos à l’agence et le service par mail est réactif. Seul hic, les casques prêtés ne sont pas de la première heure, nous avons du en acheter sur la route pour causes de démangeaisons, et elle n’a pas voulu nous le racheter.
  • Se repérer : l’application gratuite maps.me sera votre meilleur ami. Il suffit de télécharger la carte lorsque vous avez du réseau afin de l’utiliser hors ligne. Les infos sont renseignés par des utilisateurs : les points de vues, hôtels, boui-boui, les routes à éviter etc.
    Le permis de conduire international est accepté au Vietnam. Nous en avons fait la demande en ligne presque 2 mois avant le départ mais on ne l’a pas reçu à temps (3 mois plus tard en fait). Heureusement on ne nous l’a jamais réclamé mais ça peut être mieux de l’avoir.
  • Prudence : la route est parfois en très mauvais état et nous vous conseillons vraiment de ne pas conduire la nuit car dans la campagne, on y voit rien. Faites également attention si vous êtes dans le nord pendant le weekend, étant donner que ce sont les jours de marchés, il y a du monde et on peut se faire quelques frayeurs dans les virages. Sortir de Hanoi en moto n’est pas non plus une mince affaire, mais c’est faisable : Térence n’avait jamais conduit de moto de sa vie et il passé l’épreuve haut la main.
  • Un permis special ? Nous avions lu qu’un permis spécial et payant était nécessaire pour passer dans la région nord et avoir accès à Meo Vac et Dong Van, pouvant être acheté au bureau de l’immigration. On ne nous a jamais rien demandé, ni dans les hôtels, ni sur les routes. On ne sait pas si c’est encore d’actualité.
  • Attention, louer une moto à Ha Giang sans chauffeur n’est plus possible (novembre 2018) : heureusement que nous n’avons finalement pas choisi cette option ! En effet, notre ami Jean s’est rendu à Ha Giang en solo et aucunes agences ne l’a autorisé à louer une moto sans conducteur. Pareil, nous avons rencontré un américain qui a réussi à quitter Ha Giang avec sa moto, après 2 jours de négociations en agence et un pourboire aux policiers planqués à la sortie de la ville. Ces mesures seraient liées à la mort sur ces routes de plusieurs touristes motorisés.
Il est prêt pour le grand nord.

L’équipement

  • Nous sommes partis avec un sac pour deux, l’autre étant resté à l’agence de location. Plus la moto est légère, mieux c’est. Vous aurez besoin du strict minimum mais surtout, de vêtements chauds car il peut faire frais dans le nord (nous y étions début novembre).
  • Nos indispensables : pantalon ou legging pour protéger les jambes des frottements, un cache-cou et des petits gants pour le matin lorsqu’il fait frais, une doudoune, un sac en soie pour dormir chez l’habitant.

Sur la route

  • Se loger sur les routes du nord : c’est vraiment facile et pas cher de trouver un endroit où dormir :
    • Lac Ba Be – Minh Quang homestay : c’est une maison traditionnelle sur pilotis, les chambres sont spartiates mais on a une vue magnifique sur le lac. La nourriture est maison et délicieuse (6€ par nuit pour deux).
    • Bao Lac : impossible de retrouver notre hôtel sur maps.me…. Nous avons trouvé quelque chose au hasard sur la route principal. C’est un village sympa pour passer la nuit avec pas mal d’endroits ou manger, de l’animation et une jolie rivière.
    • Dong Van – Gia Linh Motel : bien placé, propre et terrasse avec vue sur la place du village. Pas de petit dej’ (8€ par nuit pour deux).
    • Yen Minh – BongBang  Homestay : une super adresse chez l’habitant. Ils venaient tout juste d’ouvrir lord de notre arrivée. Nous avons passé une soirée mémorable avec la famille et leurs amis autour d’un repas fait maison. C’était propre et les chambres étaient super confortables.

 

  • Manger : vous trouverez un grand nombre de petits restaurants dans les villes et le long de la route. Bien souvent un seul plat est proposé. Les vietnamiens parlent peu anglais donc il est utile de connaitre le nom des spécialités principales. Nous avons souvent obtenu des options végétariennes, sans trop de difficultés, même si on ne sait pas toujours ce qu’il y a dans l’assiette 😉
BaBe Lake
Notre logement au lac Ba Be
Repas chez l'habitant
Repas chez l'habitant au Bong Bang Homestay

700 km en 5 jours

Nous avons beaucoup roulé les deux premiers jours, et sur des routes parfois compliqués. Le fait qu’on soit deux nous a permis d’alterner pour se reposer, c’était vraiment pratique.

Jour 1

Hanoi > Lac Ba Be – env 220 KM, 7h de moto

Nous voulions partir le plus tôt possible de Hanoi pour éviter la circulation (car on flippait un peu ahah). La moto était déjà réservée et on était les premiers à l’agence. Au final, le temps que la moto soit prête, qu’on fasse le plein, on est parti à 10h donc plus vraiment seul sur les routes. Térence a fait son baptême du feu à moto et s’en est sorti comme un chef ! On commence notre périple et on découvre une circulation beaucoup plus fluide et les prémisses de la campagne vietnamienne. De mémoire, nous avons fait une pause dej’ rapide dans un boui-boui après Thai Nguyen. Au niveau de « la patte d’oie » (cf B sur la carte), nous avons pris la route de gauche QL3C car ça indiquait moins de kms que la route QL3. Cependant, je pense que la QL3 est en meilleur état donc plus rapide. Nous sommes arrivés de nuit, vers 17h30-18h de mémoire, on était cuit mais nous n’avons pas regretté notre choix car la route était magnifique.

Jour 2 

Lac Ba Be > Bao Lac – 150 KM, 8h de moto…… 

Après un réveil à l’aube, nous sommes partis faire un tour de bateau sur le lac, qu’on a partagé avec un irlandais de notre guest house pour quelques dongs. On était les premiers sur l’eau avec pour seul bruit le moteur du bateau, afin d’admirer le levé de soleil sur le lac. La balade a duré 1h30, ce qui est amplement suffisant car les points de « visites » de l’itinéraire n’ont aucun intérêt. Ça vaut le coup de se lever tôt pour faire cette activité, c’était vraiment une belle manière de débuter la journée avant de reprendre la route.

Après un petit dej’ composé de crêpes maison au miel, on reprend la route. La fameuse route D212…De toute beauté mais en mauvais état. C’était la plus petite distance à parcourir du périple et pourtant la journée la plus longue, surtout pour nos fesses. Si vous avez du temps, ça vaut peut-être le coup de faire escale à Cao Bang la nuit pour reprendre la route QL34. Au final on a vraiment bien rigolé et on s’est souvent relayé, pour ne pas fatiguer trop vite.

Jour 3

Bao Lac > Dong Van – 95 KM, 4h de moto (tranquille)

Nous avons une nouvelle fois quitté notre hôtel tôt le matin pour prendre le temps de parcourir cette centaine de kilomètres sans pression. Après un déjeuner dans un boui-boui pas fameux à Méo Vac, on attaque le tronçon démarrant au niveau du Ma Pi Leng Pass à 1500m d’altitude. On nous avait prévenu mais ce fut encore plus beau que prévu : ces 20km sont surement les plus époustouflant de ce périple… On vous laisse découvrir en images. Après un nombre incalculables de photos et vidéos, on redescend tranquillement sur Dong Van à la recherche d’un logement pour la nuit. On négocie une chambre située sur la place principale et on part découvrir le marché du village. Bien que nous soyons en fin d’après-midi, il y a quand même de l’animation et plusieurs stands sont ouverts. Ça vaut le détour !

Jour 4

Dong Van > Lung Cu (frontière chinoise) > Yen Minh – 80 KM, 4h de moto (avec beaucoup de pauses)

On commence par un copieux petit déjeuner en terrasse au Nguyen Caffee, situé sur la place de Dong Van, avant de reprendre la route. On décide de pousser jusqu’à Lung Cu, le point le plus au nord du Vietnam, à la frontière de la Chine. La route est magnifique, on est tout seul ! On longe la frontière délimitée par un barbelé à plusieurs reprises et on assiste même à du traffic de contrebandiers…mais on a tracé notre route bien entendu, on est pas des lascards. Une fois à Lung Cu, on voit cette grosse tour avec le drapeau vietnamien au sommet : c’était donc ça ! On décide de faire une pause barre de céréales et plus si affinités mais on ne monte pas au sommet de la tour, c’est payant. On reprend la route jusqu’à notre prochaine étape : le palais fortifié de l’ancien roi des Hmong. C’est une jolie bâtisse, en plein coeurs de la montagne, dont la visite est payante. On en a ensuite profité pour se faire une pause dej’ juste en face, au petit marché tenu par des femmes des minorités du nord. Un régal ! Ça vaut le coup de venir voir le palais juste pour ça 🙂 On reprend une nouvelle fois la route, qui est décidément très belle, jusqu’à Yen Minh. Une fois là bas, c’est la galère pour trouver un hôtel, on fait des allers-retours pour finir par rencontrer un type qui nous dis que son frère a ouvert son hôtel…on le suit…et on arrive au Bong Bang Homestay, un super endroit qui venait tout juste d’ouvrir. S’en suit une soirée en compagnie de toute la famille, autour d’un diner cuisiné par la gérante, ou l’alcool de riz coule à flot. Une adresse au top !

Jour 5

Yen Minh > Ha Giang – 100 KM, 4h30 de moto

C’est notre dernier jour dans le nord… on se lève un peu hangover de la veille et pas de bonne humeur car le groupe de touristes vietnamiens qui dormaient là s’est levé vraiment tôt et a fait un sacré remue-ménage. La gérante nous a préparé un authentique petit dej’ vietnamien. Je ne saurais plus vous dire ce qu’il y avait exactement au menu mais c’était étrange. Sur la route, nous faisons une halte au petit village de Hop Tien, qui abrite une coopérative de tissage du chanvre opérée par des femmes de l’ethnie Hmong. Nous avons pu assister au processus complet de fabrication d’une étoffe à base de chanvre.

On reprend la route pour les quelques derniers kilomètres qui nous séparent de Ha Giang. Aucuns contrôles de police à l’arrivée de la ville, on file se poser au Capucinno coffice, un endroit paisible au bord de la rivière, en attendant 23h pour prendre notre bus. On galère vraiment pour trouver la gare routière puis après 20 minutes à tourner en rond, on demande de l’aide à un papy au bord de la route. Il enfourche sa moto et nous demande de le suivre. Nous voilà arrivez, juste à temps ! Un grand merci à ce monsieur sans qui on y serait encore. L’agence Flamingo Motorbike avait réservé ce billet de bus pour nous (bien pratique), pendant la semaine, car on leur a dit qu’on ne souhaitait pas faire la route Ha Giang – Hanoi à moto. On s’est longuement demandé comment le scooter allait pouvoir faire la route lui aussi. La réponse en photo. Nous sommes arrivés à Hanoi vers 3h du matin et avons pu rester dormir dans le bus jusqu’à environ 6h. Tout s’est très bien passé mis à part quelques « ronflements »  (on avait jamais entendu quelque chose comme ça de notre vie…). Nous avons rendu la moto dès l’ouverture de l’agence, avant de prendre l’avion en direction de Hoi An pour quelques jours.

Cet article vous a plu ? Épinglez le sur Pinterest pour le retrouver plus tard !

road trip moto nord du vietnam

post a comment