Top

Nous avons visité la Grèce du Nord en voiture en avril 2018. Mathilde connaissait déjà les cyclades (Santorin, Milos et Mykonos) et l’idée de visiter le nord du pays pour son anniversaire lui a tout de suite plu !

Loin des petites maisons blanches et des touristes des cyclades, mêlant escapade en ville, délices culinaires et randonnées nature, cette partie du pays est une destination idéale pour un road trip. Nous sommes partis de Thessalonique, avons rejoins les Météores avant de nous reposer sur les plages magnifiques de Chalcidique.

À travers ce récit, nous livrons nos impressions, notre itinéraire et nos conseils pratiques pour organiser un road trip d’une semaine en Grèce du nord.

Jour 1 – samedi 28 avril 2018

De Thessalonique à Kalambaka (Météores)

Départ de Beauvais vers 12h30. L’excitation commence à se faire sentir, c’est notre premier voyage en couple. En seulement 3h de vol nous arrivons à l’aéroport de Thessalonique. Nous louons une petite C3 blanche et je me rends compte que mon anglais est vraiment nul. On n’a pas de temps à perdre. Il nous reste 3h de route jusqu’à Kalambaka, que l’on fera en écoutant la musique à fond. Les routes dans le nord de la Grèce ne sont pas en excellent état et il y a de nombreux tunnels.

Arrivés à Kalambaka, nous trouvons notre hôtel, puis avant que le soleil ne se couche nous avons la chance d’admirer les somptueuses montagnes « Météores » qui se dressent devant nous comme les gardiennes d’un village endormi. Par quel miracle géologique sont-elles arrivées ici ? Le mystère plane encore.

Nous sommes accueillis à l’hôtel par une dame un peu étrange. Elle est soit complètement ivre, soit très fatiguée. On ne comprend pas trop ce qu’elle dit, surtout la fin de ses phrases. Pourtant elle fait un effort en parlant français et nous donne quelques conseils pour aller visiter les monastères le lendemain. Apparement c’est conseillé d’y aller en voiture alors que l’on avait prévu d’y aller à pied.

Nous avons profité de la fraicheur de fin de journée pour aller diner dans un restaurant trop mignon nommé « La Taverna Gardenia » au pied des Météores. Ce fut mon premier diner 100% grecque. Simple dans la présentation mais délicieux. Nous nous sommes installés sous une petite pergola coiffée de plantes grimpantes, illuminée de dizaines de petits lampions. L’estomac vidé par notre long voyage, nous nous sommes laissés tenter par les nombreux plats proposés dans la carte : poivrons farcis, moussaka, salade grecque, olives savoureuses, courgettes frites. Premier contact avec l’art culinaire grec établit. Verdict : Un régal.

Après de nombreuses discussions à refaire le monde et l’estomac bien rempli, nous rentrons à l’hôtel. La nuit fut assez agitée, le lit n’est pas confortable, il fait froid…les vacances commencent bien.

Jour 2 – dimanche 29 avril 2018

Kalambaka et visite des Météores

Le réveil se fait tôt pour aller visiter les Météores. Trop hate d’aller découvrir ces monastères perchés sur ces drôles de montagnes.

Le petit déjeuner à l’hôtel est un moment à part entière. Ce n’est vraiment pas bon. Un presse orange en fonte vraiment efficace nous permet d’avoir des jus d’orange maison qui relèvent le niveau car les croques monsieur jambon beurre à 8h du matin dans une salle à manger qui sent le tabac froid ne nous donnent pas trop envie.

Assit au fond de la salle à manger, un enfant plutôt laid que l’on s’est amusé à appeler « l’enfant démon » se dandine dans tout les sens sans trop savoir pourquoi. Deux étranges jumeaux assis à côté de nous, nous laissent penser que nous nous sommes trompés d’hôtel. L’ambiance est assez angoissante. mais c’est vite oublié lorsqu’on se rappelle notre objectif de la journée : aller visiter les Météores !

Après quelques minutes de route nous décidons de commencer par le grand Météore (le plus grand monastère): il y a déjà du monde mais lorsque l’on partira on se rendra compte qu’on a tout de même éviter la file de touristes et l’attente interminable dans les escaliers du monastère. Les cars de touristes se déversent et serpentent dans ces routes sinueuses qui mènent aux monastères… Les églises sont magnifiques et superbement décorées.

Picnic rapide devant le grand monastère. On a soif. On ne boit pas assez… il fait chaud et cela va vite se retourner contre moi. J’attraperais un gros coup de soleil. On ne l’a pas vu venir car il y avait du vent et des nuages. Un grand classique. Donc un conseil : mettez de la crème solaire si vous ne voulez pas ressembler à un poivrons frit le soir en revenant à l’hotel…

On visite un autre monastère dénommé Varlaam, qui se trouve être magnifique aussi. On décide de s’arrêter sur un point panoramique pour prendre des photos des monastères surplombants la vallée. Et à notre grande surprise, nous avons fait la rencontre d’un petit chien sauvage qui n’arrête pas de nous coller pour qu’on le caresse. Nous décidons de l’adopter… mais par peur de ne pas avoir assez de place dans notre sac à dos nous le laissons sur place, à regret.

A peine repartis nous décidons d’aller escalader les 140 marches pour nous rendre au monastère de la sainte trinité. Plus facile que ce qui était noté dans les blogs que nous avions consulté avant le voyage. Au moins ici, pas de cars de chinois.

Petite sieste au soleil près d’un chêne sur les hauteurs un peu plus loin pour éviter la foule. Les chenilles tombent des arbres directement sur Mathou, elle est ravie. On retourne au point panoramique après s’être fait surprendre par un chien de berger en colère lorsque j’ai voulu prendre des photos des chèvres.

On retrouve le chien sauvage de tout à l’heure sur le spot panoramique. C’est envahi par un groupe de photographes amateurs venu capter le coucher du soleil avec leurs matériels à plus de 5000 euros. On décide de se poser sur un rocher à l’écart et on engloutit deux grosses bouteilles de Mythos, la bière grecque. On fait la photo classique du saut dans le ciel avec en fond: la pleine lune. Ce moment était quand même assez magique avec du recul.

Nous rentrons à Kalambaka en voiture et on s’arrête pour diner à « Yamas Taverna« . Première brochette grecque pour ma part. L’insolation se fait sentir. Aller hop au dodo.

Conseils pratiques pour visiter les Météores
  • Où dormir : au Aeolic Star Hôtel situé en plein centre de Kalambaka. Peu voir pas d’ambiance et déco kitsch mais la chambre était propre avec un petit balcon. 45€ la nuit pour deux.
  • Où manger : on a adoré la Taverna To Paramithi, un petit restaurant typique avec terrasse sous les vignes.

  • Parmi la vingtaine de monastères construits sur les Météores, seuls 6 sont encore en activité. Nous vous conseillons de débuter par les deux plus célèbres, qui sont le Grand Météore et le monastère de Varlaam. Nous avons également visité celui de la Sainte Trinité qui offre un joli panorama sur Kalambaka.
  • Levez-vous tôt si vous voulez éviter les cars de touristes. On y était dès l’ouverture et ça valait le coup de mettre le réveil à l’aube, même pour le premier jour des vacances.
  • Un bon spot pour admirer le coucher de soleil, le « Meteora Observation Desk » qui offre une vue sur toute la vallée et les monastères.

Jour 3 – lundi 30 avril 2018

Kalambaka – Litochoro – Thessalonique

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de Mathou. Il pleut. Elle me dit qu’il pleut tout le temps à son anniversaire donc elle n’est pas déçue. Nouveau petit déjeuner de l’angoisse à l’hôtel et nous filons faire une randonnée au mont Olympe.

Arrivée à Litochorro, on déjeune dans un restaurant conseillé par google. Il faut que l’on arrête de regarder sur internet car cela nous a joué des tours plus d’une fois. On teste ensuite un café froid, typique du pays, c’est excellent.

Nous décidons finalement d’aller faire une petite randonnée qui longe la rivière, direction le bain de Zeus, à défaut de ne pas aller en haut du mont Olympe car avec la pluie et le manque d’équipement nous trouvons trop risqué de faire la rando de 5h.

Nous décidons, après le déjeuner d’annuler notre guesthouse de Litochorro pour aller directement à Thessalonique et fêter l’anniversaire de Mathou.

Lors de notre rando improvisée, on ne sait pas trop vers ou l’on va. On suit le chemin du « Japon » (les peintures sur les rochers et les troncs d’arbres ressemblent au drapeau). Difficile de ne pas s’égarer car il y a plein de petits chemins formés par les chèvres qui nous faussent la route.

On fait une petite pause lecture sur un rocher près d’une magnifique cascade et d’un petit bassin à l’eau transparente. Il y a même un mur d’escalade avec des mousquetons vissés sur la parois mais impossible d’escalader sans équipement.

Vers 16h30 on décide de filer vers Thessalonique pour avoir un peu le temps de se balader. L’arrivée à Thessalonique est un peu brutale. Beaucoup de voitures dans tous les sens, des rues à sens unique et difficile de trouver le chemin de l’hôtel. Après s’être garé sur l’artère principale en double file, on trouve un parking pour y mettre notre petite C3. 12€ la journée. L’hôtel n’est pas fou, vue sur le bruyant boulevard et personnel moyennement sympathique.

Mathou repère un petit restau conseillé par un ami grecque, « Sempriko ». Je lui offre son cadeau avant de partir. Le restaurant est délicieux. Top 1 du voyage. Petite table sur une terrasse calme. Produits naturels et de qualité. Pour finir la soirée on va se balader sur le remblai jusqu’à la tour blanche. Thessalonique est une ville jeune, pleine de bars avec de la musique, beaucoup de gens s’amusent mais nous décidons de rentrer, trop fatigués par notre journée. Mathou s’endort comme un bébé.

Conseils pratiques pour visiter Thessalonique
  • Durée du trajet : 1H45 depuis Kalambaka vers Litochoro puis encore 1h pour aller à Thessalonique
  • Où dormir : nous avons pris une chambre en dernière minute à l’hôtel El Greco, que l’on ne vous conseille pas car très bruyant et pas interessant niveau rapport qualité/prix. En revanche, le Stay Hybrid Hostel est très correcte et propre, bien que sans charme (37€ la chambre avec SDB privative).
  • Où manger : un ami grec nous a recommandé le restaurant Sempriko et c’est notre coup de coeur du voyage ! On y sert de délicieux plats grecques revisités, sur une petite place au calme. C’est fréquenté par des familles de locaux créant une atmosphère conviviale. Nous y sommes allés deux fois…
  • Se rendre à Kalambaka (les Météores) : nous avons loué une voiture à l’aéroport auprès d’une agence locale (Avance) pour 133€ les 7 jours. Rien à dire, le service était top. Compter ensuite 3h pour vous rendre aux Météores (260km).

Jour 4 – mardi 1er mai 2018

Thessalonique – Vourvourou (Chalcidique)

Levés aux alentours de 9h. On part courir 7 km sur le port avec vue sur la mer. Trop agréable, on commence bien la journée. Nous partons bruncher dans un petit restaurant appelé « Be* ». Les prix sont plutôt élevés contrairement à d’habitude mais l’endroit est cosy, les pancakes sont bons et la serveuse est très sympa. Elle essaye même de nous parler français. On aperçoit une manifestation pour le 1er mai. Drapeau communistes et cris dans le megaphone. On retire la voiture du parking et on file à Vourvourou sur la route de la mer.

Arrivée à Vourvourou. Rien à voir ici avec la ville bruyante. C’est magnifique. Eau turquoise et plage de sable. Petites îles à l’horizon. C’est parfait. Notre chambre est toute mimi et on a une vue de dingue sur une petite plage privée et surtout… la mer !! On fait quelques courses puis on file profiter de la plage. Premier bain de l’année pour nous deux. L’eau n’est pas si froide que ça pour un moi de mai. Après un petit apéro sur la plage que l’on termine sur la terrasse on décide d’aller faire un tour pour diner. On dine Arrivée dans la chambre on s’écroule de fatigue.

Conseils pratiques pour visiter la Chalcidique
  • Durée du trajet : 1H30 depuis Thessalonique vers Vourvourou
  • Où dormir : tenue par une famille extrêmement gentille, la Kamares House est située sur une petite plage privée. C’est notre adresse préférée de tout le séjour (135€ le studio pour 3 nuits). Vous pouvez réserver directement via leur site web.
La vue depuis notre studio au Kamares House à Vourvourou
Le fameux Ozo

Jour 5 – mercredi 2 mai 2018

Vourvourou et ses alentours

Petit déjeuner sur la terrasse. On prend la voiture pour aller explorer la presqu’île et ses environs. On se pose dans une petite plage. C’est le paradis du camping sauvage ici.

Nous décidons de reprendre notre voiture et de filer le long de la côté pour dénicher une petite plage secrète et un petit restaurant du love. On tombe sur une cité balnéaire avec un petit port/plage trop mignon. On décide de s’y arrêter pour manger une petite salade grecque vers 15h et une salade d’aubergine pour Mathou.

On s’installe par la suite sur des transats en contre bas du restaurant, sur la plage. Aprem détente, lecture. On arrive même à faire un plongeon dans la mer un peu plus froide qu’hier.

On décide de rentrer car après 18h le soleil ne réchauffe plus trop nos petits corps tout blancs. Cependant Mathou prendra quand même quelques couleurs. Et mes coups de soleil du premier jour aux météores se transforment petit à petit en bronzage.

Sur le chemin du retour nous décidons d’écouter des vidéos sur la dette grecque dans la voiture. Le pays fait vraiment pauvre et tourné essentiellement vers le tourisme. Je n’arrête pas depuis le début du voyage de me demander pourquoi et comment un si beau pays hyper riche sous l’antiquité a pu en arriver là.

Une fois arrivée à Vourvourou nous faisons les courses car demain nous voulons aller louer soit un bateau, soit un kayak pour aller nous balader sur les plages des îles d’en face. C’est environ 60€/jour plus l’essence.

La nuit tombée on dine sur la terrasse des pates avec une grosse bière et une glace Malabar (oups).

Jour 6 – Jeudi 3 mai 2018

Randonnée à Élia Nikitis en Chalcidique

On traîne un peu ce matin car il ne fait pas très beau. La journée en bateau semble être compromise. Mathilde propose de faire une randonnée et de décaler le bateau à demain. Je regarde des randonnées à faire et nous partons pour Elia Nikitis.

Nous faisons donc une randonnée de trois heures dans la montagne. On est seul. On découvre de jolis paysages, forêt de pins, chemin de pierres blanches et rochers bordent le sentier que nous empruntons.

10,5 km pour trois heures de randonnée. Mathilde file tout droit pendant que je prends des photos et je la perds petit à petit… Nous nous retrouvons plus en amont de la montagne. À la fin de la rando nous traversons un champ d’oliviers pour éviter un virage trop dangereux sur la route, les voitures pourraient nous écraser par manque de visibilité.

On se retrouve chez des gens, dans leur jardin. Heureusement qu’il n’y a personne. Mathilde passe par dessus des barrières en fer forgé. Elle n’a pas peur de se faire empaler.

Petite récompense après notre rando. Une petite plage cachée nous attend. On picnic face a la mer.

Je décide d’aller chercher de l’eau au bar de la plage quelques mètres plus loin. Il s’avère être un hôtel et le personnel refuse de me vendre une bouteille d’eau car je ne séjourne pas sur place.

Je trouve ça tellement lamentable je ne comprends pas cette mentalité. Ils me disent qu’ils en vendent uniquement aux clients de l’hôtel. Un vigile se trouve être là pour garder la plage et me conseille d’aller voir au camping d’à côté mais tout est fermé et je ne croise personne. Au retour il me précise que je ne peux pas repasser par la plage qui est réservée aux clients de l’hôtel. Hors de moi je continue quand même mon chemin en baragouinant mon mécontentement dans un anglais approximatif.

Mathou me calme lorsque je lui explique la situation. Je lis mon livre à côté d’elle. Un dernier petit plongeon et on repart de la plage.

On retourne à Vouvourou après un rapide passage au supermarché du village. Petit yoga, mon premier cours par Mathou. Je me rends compte que c’est assez difficile comme discipline. Je vais avoir des courbatures demain c’est certain.

On enchaîne sur un petit apéro à base de bières-chips en refaisant le monde, j’aime bien ces moments psycho-philo.

On rentre finir les pâtes, on fait nos valises et dodo !

Jour 7 –  vendredi 4 mai 2018 

De Vourvourou à Thessalonique

Dernier jour de plage. Je me lève avec le nez qui coule, je pense avoir attrapé une sinusite… À force de me baigner dans l’eau un peu fraîche. On se lève, yoga sur la plage pour Mathou et 2,5 km de course dans le sable pour moi. Dernier petit déjeuner face à la mer puis on file louer notre bateau pour la journée : rendez-vous 10h30, on ne partira qu’à 12h.

Nous arrivons chez le loueur de bateau, très sympathique. On prend un bateau à 25 chevaux pas trop rapide mais on est vraiment pas à l’aise avec le fait d’avoir un bateau trop rapide. Surtout que c’est la première fois que je conduis un bateau à moteur sans permis. Vive la Grèce.

Les premières sensations de conduite sont assez étranges, mais je prends vite la main et Mathou aussi. Naviguer dans ces criques grecques est un vrai régal. On se balade tout autour d’une flopée d’île envoûtantes.

On picnic sur le bateau dans une petite crique à l’abris du vent puis on essaye de se baigner mais l’eau est quand même assez froide.

De nombreux autres bateaux ont été loués dans le bassin et certains sont assez dangereux et irresponsables. Lorsque nous reviendrons rendre le bateau nous discuterons un peu avec le loueur qui nous expliquera que de nombreux accidents arrivent en Grèce à cause de cela. La législation n’est pas encore mise en place comment France. Mais pour notre part cette journée fut inoubliable.

Une fois rentrés à l’hôtel, les bagages faits, les clés rendues, nous prenons la voiture pour rentrer sur Thessalonique. Nous dînons de nouveau chez « Sempriko », c’est vraiment un régal. Nous dormons dans une auberge de jeunesse très correcte.

Le lendemain, réveil à 7h pour aller prendre l’avion direction Paris. Ce premier voyage en Grèce fut pour moi très surprenant, car ce n’était pas les paysages auxquels je m’attendais. Ce fut une première expérience réussie et la Macédoine a définitivement ses charmes.

post a comment